Texte alternatif

La Pirogue

Appelés va'a en Polynésien, les engins portent en général des noms évoquant une dévotion aux dieux de la mer comme “Rualatu’A”, Dieu de la mer et de l’Océan.


Le Va'a
Le va’a, aussi appelé pirogue polynésienne, est une pirogue dont la stabilité est assurée par un balancier (ama) unique, relié à la coque par deux bras en bois (iato). les liens sont assurés par des lanières de caoutchouc, à la fois résistantes et souples (uaua). Le rameur est équipé d'une pagaie simple comme en canoë, dont la pale est inclinée vers l'avant. On distingue les V1 (va’a hoe), V3 (va’a toru), V6 (va’a ono) et V12 (va'a tauati ou pirogue double).

Les principales différences entre le va'a et l'OC (Outrigger canoë hawaïen) tiennent dans l'absence de safran sur les va'a, quel que soit le modèle, et dans une esthétique plus tendue, plus fine. On ne rencontre jamais de V2, contrairement à son homologue OC2 hawaïen, du fait de l'absence de safran pour diriger.
Le plaisir est dans la glisse et la pratique sur longue distance avec des surfs sur la houle du large.
 

Le va'a s'adapte à tous les plans d'eau : engin de course en ligne sur les plans calmes, il devient un excellent bateau de mer. Tranquille et gros porteur en randonnée, c'est un avion de chasse en compétition.

Le va'a s'adapte à toutes les pratiques d'équipe, permettant d'envisager la mixité homme-femme et senior-junior.
C'est un sport de fitness, à la fois d'endurance et de cardio, suivant les épreuves choisies.
 

    Retour